Les sites du groupe A.P.I.

Les enduits drainés

Une note retrouvée aux Archives départementales concernant les travaux d’assainissement réalisés en 1898 dans les locaux disciplinaires (casemates 5 et 6) nous a conduits à rechercher dans le fort, les lieux où cette technique dite des « enduits drainés » a été mise en œuvre par le Génie.

 

Rappelons tout d’abord de quoi il s’agit.

L’objectif étant de réduire, voire d’annuler, l’humidité des locaux due à des phénomènes de capillarité ou de condensation, le capitaine du Génie Vignane a mis au point en 1897, un procédé visant à créer, contre les parties verticales ou cintrées des maçonneries, un réseau de drains destiné à canaliser les eaux de ruissellement. Celles-ci sont recueillies puis acheminées par gravité dans les parties basses des murs pour finir dans une rigole débouchant à l’extérieur. 

Coupe_drainTN

Ce dessin est extrait d’un document conservé aux archives départementales sous la cote 14R107.

 

 

Les drains collecteurs ont une forme de trapèze dont la petite base est formée par le parement du mur, les côtés par des bourrelets de mortier et la grande base par un couvercle en zinc. Le tout est recouvert d’une couche de ciment donnant à l’enduit drainé une épaisseur totale de 5 centimètres. 

  

Coupe_solTN

Les eaux sont collectées dans une rigole aménagée dans les parties basses des murs.

 

 

Ainsi qu’il est indiqué plus haut, cette méthode d’assèchement des murs a concerné les casemates 5 et 6 mais aussi d’autres endroits dans le fort. On constate en effet que les murs de l’escalier menant au magasin caverne, à partir de la galerie de contre-escarpe, ont reçu un enduit drainé jusqu’en bas des marches.

 

Photo_drainTN

On aperçoit sur cette photo un couvercle de drain en zinc courant sous la couche de mortier. L’épaisseur de l’enduit est d’environ 5 centimètres


Aux endroits où l’enduit s’est décollé de la maçonnerie, on peut examiner à loisir les drains, ainsi que leurs couvercles en zinc. Certains portent à leur extrémité des stalactites, ce qui prouve qu’ils continuent de remplir leur office…

Si on comprend que l’autorité militaire ait décidé d’assainir les casemates 5 et 6 dans le but d’améliorer le confort des soldats consignés, on se perd en conjectures s’agissant de la casemate 89 située à l’étage, près du bureau du Commandant.

Pour quelle raison a-t-elle bénéficié d’un enduit drainé ? On l’ignore, mais compte tenu des coûts élevés engendrés par de tels travaux, la destination de cette casemate devait revêtir une certaine importante aux yeux de l’Etat-Major.

Pour le moment, on ne sait pas à quoi ou à qui pouvait servir ce local resté dans son jus et en bon état. Les plaques en tôle recouvrant les rigoles sont encore en place.